Laurence Leblanc

Laurence_Leblanc_1nb

Laurence Leblanc, artiste française est née le 6 juin 1967 à Paris où elle vit et travaille. Elle commence très jeune son parcours artistique en prenant des cours de dessin à l’Ecole Martenot ainsi qu’une formation à la gravure aux Arts décoratifs du Louvre. Sa photographie a commencé avec un dialogue avec la musique et tout particulièrement avec Peter Gabriel. Elle partira sur la tournée Secret World Tour dans les années 90 sillonnera une partie du monde et collaborera avec le label Real World pendant deux ans. Elle est remarquée en 1999 et Régis Durand, critique d’art et commissaire d’exposition dira : « Il règne dans ces photographies, ce qu’on pourrait appeler une sorte de fantastique familier, un mélange de poésie ordinaire et d’étrangeté. » À partir de 2000, Christian Caujolle s’engagera personnellement et fortement à ses côtés. Lauréate en 2000 de la Villa Médicis Hors–Les–Murs pour son projet au Cambodge, elle reçoit de nombreux prix dont celui de la Fondation HSBC pour la Photographie en 2003. Son premier livre Rithy, Chéa, Kim Sour et les autres est édité à cette occasion. Peter Gabriel écrira la préface : « Laurence a continué en explorant de nouveaux horizons dans son travail et je l’ai vue devenir une artiste exceptionnelle. ». En 2009 paraît Seul l’air toujours chez Actes Sud avec une préface de Simon Njami. Ce travail « autour de L’Afrique » sera exposé à cette occasion aux 40ème Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles. Puis elle étend ses domaines d’expérimentation et répond à la proposition de Frank Smith; producteur de radio, écrivain et vidéaste ; pour réaliser une pièce sonore de 53 minutes pour L’Atelier de Création Radiophonique, diffusée sur France Culture en 2008. À propos de sa série D’argile, François Cheval dira : « La représentation de l’horreur n’a jamais empêché celle-ci d’exister. Cette horreur peut aussi n’être qu’évoquée à travers la métaphore, la transposition, comme le fait Laurence Leblanc en photographiant en gros plan les figurines de pâte à modeler d’un film de Rithy Panh sur le génocide khmer rouge. Évoquant certains de ses portraits le réalisateur cambodgien Rithy Panh écrit : « Ses images ressemblent à des âmes… Le flou n’est pas flou, le grain n’est pas grain, la vie n’est pas exactement la vie, ce n’est pas la mort et j’aime qu’on m’emmène sur cette petite bande de territoire. » Un objet d’artiste en édition limité est réalisé avec Laurel Parker Book et la Fondation Picto en novembre 2016. Représentée par la Galerie Claude Samuel en 1999 puis par la Galerie VU’ de 2001 à 2015 elle est présente régulièrement sur les foires : Art Paris, Artgenève, Paris Photo depuis 1998.

Laurence Leblanc poursuit dans une silencieuse solitude une œuvre qui s’installe durablement dans le champ de la création contemporaine, elle fait du temps de l’observation et de la maturation un allié sûr. Chez elle l’acte de création, quel que soit le médium se construit par imprégnation du sujet et de son environnement et l’épreuve qui en résulte est le fruit d’une élaboration minutieusement construite.
Ses oeuvres font parties des collections publiques du Fonds National d’Art Contemporain, du Musée Nicéphore Niépce, de la Bibliothèque Nationale de France, de la Fondation HSBC pour la Photographie ainsi que dans de nombreuses collections particulières comme celle de Marin Karmitz. En 2016 elle reçoit le Prix Niépce considéré comme le Goncourt de la photographie. Elle a fait partie de l’exposition « Etranger résident » La collection Marin Karmitz en 2018 à La maison rouge – Fondation Antoine de Galbert.
En novembre 2020 elle participe à l’exposition au Grand Palais « Noir & Blanc : une esthétique de la photographie » / Collection de la BNF.
Le Musée Nicéphore Niépce à Chalon-sur-Saône lui consacre une première rétrospective du 2 juillet au 28 septembre 2022.